bouillon


bouillon

bouillon [ bujɔ̃ ] n. m.
• fin XIIe; de bouillir
I
1Bulles qui se forment au sein d'un liquide en ébullition. bouillonnement. Retirer au premier bouillon, dès l'ébullition. Bouillir à gros bouillons, très fort. ⇒ bouillonner. Par ext. (les bulles provenant de l'agitation d'un liquide) « un ruisseau qui, se précipitant du haut d'un rocher, tombait à gros bouillons pleins d'écume » (Fénelon). Plaie qui saigne à gros bouillons. Par anal. Techn. Bulle d'air emprisonnée dans le verre, dans les métaux fondus.
2(1603) Cout. Grosse fronce bouffante d'une étoffe. « Tablier de tulle illusion à gros bouillons » (Mallarmé). bouillonné.
3(1839) Imprim. Ensemble des invendus d'une publication. « Tout le bouillon, l'avalanche flasque des “invendus” » (Céline).
II
1Liquide dans lequel certaines substances ont bouilli. décoction. Bouillons alimentaires. brouet, chaudeau, consommé. Bouillon assaisonné pour le poisson. court-bouillon. Bouillon de légumes. potage. Bouillon gras (où a cuit la viande). Le bouillon du pot-au-feu. Bouillon de poule. Les yeux du bouillon. Tablette de bouillon concentré. Loc. Fam. Bouillon d'onze heures : breuvage empoisonné.
2Boire un bouillon : avaler de l'eau en nageant; fig. et fam. essuyer une perte considérable par suite d'une mauvaise spéculation (cf. Boire la tasse).
3Bactériol. Bouillon de culture : liquide destiné à la culture des micro-organismes; fig. milieu favorable. « La perfidie ne va pas sans la dissimulation, qui est comme son bouillon de culture » (L. Daudet ).

bouillon nom masculin (de bouillir) Bulle gazeuse qui se forme dans une liquide en ébullition ou agité et qui vient éclater à la surface. Flot d'un liquide s'écoulant avec violence (surtout pluriel) : Sang qui sort à gros bouillons. Grosse cloque soulevant la pâte céramique ou l'émail pendant la cuisson. Pli bouffant obtenu à l'aide de fronces. ● bouillon (homonymes) nom masculin (de bouillir) bouillons forme conjuguée du verbe bouillirbouillon (synonymes) nom masculin (de bouillir) Flot d'un liquide s'écoulant avec violence (surtout pluriel)
Synonymes :
bouillon nom masculin (de bouillon) Liquide obtenu par la cuisson prolongée de viandes (bœuf, veau, poule), de légumes dans de l'eau salée bouillante : Bouillon de poule, de légumes. Autrefois, restaurant à bon marché. Ensemble des exemplaires invendus d'un journal. Fait pour un bain destiné au traitement de matière textile d'être porté à l'ébullition. ● bouillon (expressions) nom masculin (de bouillon) Familier. Boire un bouillon, avaler de l'eau en nageant ; perdre de l'argent dans une entreprise. Bouillon de culture, milieu liquide utilisé en bactériologie pour permettre la multiplication des bactéries. Familier. Bouillon d'onze heures, breuvage empoisonné. Bouillon industriel, produit solide ou liquide fournissant, après adjonction d'eau, un bouillon analogue à celui qui est préparé en cuisine. ● bouillon (homonymes) nom masculin (de bouillon) bouillons forme conjuguée du verbe bouillirbouillon (synonymes) nom masculin (de bouillon) Liquide obtenu par la cuisson prolongée de viandes (bœuf, veau...
Synonymes :
- consommé
Autrefois, restaurant à bon marché.
Synonymes :
- boui-boui (familier)

bouillon
V. Godefroi de Bouillon.
————————
bouillon
n. m.
rI./r
d1./d Bulles d'un liquide en ébullition. éteindre au premier bouillon.
|| Bulles que forme un liquide qui tombe ou jaillit. Sang qui coule à gros bouillons.
d2./d COUT Fronces d'étoffe bouffante.
d3./d Plur. PRESSE Exemplaires invendus d'une publication.
rII./r
d1./d Aliment liquide obtenu en faisant bouillir dans de l'eau viande, poisson ou légumes. Bouillon gras. Syn. (Vanuatu) lasoupe.
|| Fam. Boire un bouillon: boire en se débattant dans l'eau; fig. faire de mauvaises affaires.
d2./d Bouillon de culture: milieu stérilisé préparé en vue de la culture de micro-organismes; fig. terrain où peut se développer un phénomène néfaste.
————————
bouillon
v. de Belgique (Luxembourg), sur la Semois; 6 000 hab. Tourisme.
Château fort des ducs de Bouillon.
————————
bouillon
(Henri de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne, duc de) (1555 - 1623) maréchal de France. Il se rallia à Henri IV et fut un des chefs des protestants; il est le père de Turenne.

⇒BOUILLON, subst. masc.
I.— [En parlant de l'agitation d'un liquide entré en ébullition]
A.— Agitation qui se produit à la surface d'un liquide, dès qu'il entre en ébullition. Ne faire qu'un bouillon au lait. ,,Le retirer dès qu'il commence à bouillir`` (DG). Il ne faut que deux ou trois bouillons pour faire cette tisane, pour cuire ce poisson (Ac. 1835-1932). Il ne faut pas les faire bouillir longtemps.
Au fig., fam. Il ne cuit pas de premier bouillon. ,,Il ne se décide pas du premier coup`` (DG).
Spécialement
1. SAL. Sel de bouillon. Sel obtenu par l'ébullition de l'eau de mer sous l'action du feu (cf. DG, etc.).
2. TECHNOL. Dégraissage des laines à l'eau bouillante avant de les teindre (cf. LITTRÉ, etc.).
P. métaph. État d'effervescence. Dans les premiers bouillons de sa colère (fam.). ,,Dans les premiers mouvements, dans les premiers transports de sa colère`` (Ac. 1835-1932) :
1. La débauche est hideuse dans un vieillard : elle a un côté qui l'excuse dans un jeune homme, les bouillons de l'âge et la fougue des passions.
CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1823, p. 122.
B.— P. méton.
1. Bulle, onde qui se forme dans un liquide en état d'agitation ou d'ébullition. Fleuve qui s'élève, sang qui coule à gros bouillons :
2. ... le bouc en morceaux cuisait à gros bouillons dans le beurre rance des pasteurs, ...
FLAUBERT, La Tentation de st Antoine, 1849, p. 482.
Bouillon d'eau. ,,Jet d'eau qui s'élève peu et imite une source vive`` (CHESN. 1857).
2. En partic.
a) MÉTALL. Bulle d'air restée dans le verre, dans les métaux fondus (cf. LITTRÉ, etc.).
b) FAÏENCERIE. ,,Petite éminence située entre la pâte et la glaçure d'une pièce de porcelaine ou de faïence`` (Nouv. Lar. ill.).
3. P. anal.
a) ,,Tortil de fil d'or, d'argent, qui sert d'ornement en tapisserie`` (DG).
b) Pli bouffant d'une étoffe :
3. Une pomme d'Adam, aussi proéminente que le menton, sortait de l'échancrure du col et se dissimulait de son mieux sous un bouillon de mousseline; ...
GIDE, Isabelle, 1911, p. 617.
II.— [En parlant du liquide qui doit entrer en agitation]
A.— Aliment liquide où l'on fait bouillir certaines substances. Bouillons alimentaires (ROB.). Bouillon gras. Bouillon fait avec de la viande :
4. Au lieu de trois cents paysannes allumant trois cents feux et employant trois cents marmites pour cuire trois cents mauvaises soupes, il suffirait de sept femmes, sept feux et sept bassines pour préparer un bon assortiment de potages et bouillons de divers prix, à option.
FOURIER, Le Nouv. monde industr., 1830, p. 3.
SYNT. Du bouillon de bœuf, et, absol., du bouillon; prendre une tasse de bouillon, et, p. ell., prendre, boire un bouillon. Avaler autant de bouillon qu'il en tient dans une écuelle ou un bol. Bouillon coupé. Bouillon auquel on a ajouté de l'eau. Être (réduit) au bouillon. Ne pouvoir absorber aucune nourriture solide.
Emplois fig. et fam. Bouillon de/d'onze heures. Boisson empoisonnée. Bouillon pointu (p. allus. à la canule et à son contenu). Lavement (cf. GUÉRIN 1892, etc.).
Boire, prendre un bouillon. Avaler de l'eau en nageant. Se jeter dans le bouillon (pop.). Se noyer par suicide (cf. MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, L'Endormeuse, 1889, p. 1177). Au fig., fam. Subir une perte (d'argent, etc.) considérable à la suite d'une mauvaise spéculation :
5. SAUT. — Eh bien, voilà nos ducs, nos maréchaux qui boivent un fameux bouillon! Notre ami Apponyï leur a fait la queue serrée.
DELÉCLUZE, Journal, 1827, p. 405.
En partic., IMPR. Ensemble des exemplaires invendus d'une publication. Rendre le bouillon. ,,Rapporter au journal les numéros qu'on n'a pu vendre, et que l'administration vous reprend`` (VALLÈS, 1866 dans LARCH. 1880). Venir reprendre chez les dépositaires de journaux les bouillons du jour précédent (DUB.).
B.— P. ext. Bouillon médicamenteux. ,,Eau dans laquelle on a fait bouillir des substances médicinales`` (DG).
C.— Emplois partic.
1. Tablettes de bouillon. Bouillon réduit à l'état solide sous forme de tablettes que l'on fait dissoudre dans l'eau bouillante pour obtenir du bouillon liquide (cf. BOUILLET 1859).
2. Établissement de bouillon, et, p. ell., bouillon. Établissement où l'on consomme, où l'on vend spécialement du bouillon; restaurant de bas étage (cf. ROB., etc.) :
6. Qu'est-ce que ça doit coûter ce qu'on voit sur les dessertes des grands restaurants : ces langoustes, (...). Elle ne saurait jamais. Elle avait toujours eu à choisir entre le bouillon Boulant ou le Duval et Scossa... 3 fr. 50 tout compris.
MAURIAC, Le Mystère Frontenac, 1933, p. 249.
3. BACTÉRIOL. Bouillon de culture. ,,Bouillon de bœuf, de veau, de poulet, etc., préparé comme milieu de culture bactériologique`` (Nouv. Lar. ill.). Au fig. Milieu favorable :
7. Ne pas donner à des microbes un bouillon de culture, c'est de la précaution élémentaire...
P. BOURGET, Nos actes nous suivent, 1926, p. 114.
P. anal., HORTIC. Bouillon de jardinier. ,,Eau de fumier avec laquelle on arrose les arbres languissants`` (CHESN. 1857).
PRONONC. :[]. [] mi-long dans PASSY 1914. [] mouillé dans FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, GATTEL 1841, NOD. 1844. FÉL. 1851 et LITTRÉ.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. a) Ca 1150 « bulle qui se forme dans un liquide en état d'agitation ou d'ébullition » (WACE, St Nicolas, 179 dans T.-L.); 1360-88 p. anal. « tortil » (LABORDE, Invent. joyaux Louis de France, p. 34 dans IGLF Techn.); 1603 « ruban tortillé agrémentant un vêtement » (GALITZIN, Invent. de Chenonceau, p. 21, ibid.); 1603 « pli bouffant » (Ibid., p. 28); 1765 « bulle d'air restée dans le verre » (Encyclop. t. 17, s.v. verrerie, p. 138 [c'est à tort que Lar. Lang. fr. note l'apparition de ce sens en 1740 dans le Dict. du citoyen : le mot ne se trouve pas dans l'éd. de 1761 qui semble être la 1re éd. ni dans le Dict. universel de comm. de SAVARY DES BRUSLONS, éd. 1723, 1730 et 1741-42]); b) ca 1393 « agitation qui se produit à la surface d'un liquide » (Ménagier, II, 146 dans T.-L.); 2. a) XIIIe s. « aliment liquide où l'on fait bouillir certaines substances » (Nouv. Recueil Fabliaux, éd. A. Jubinal, II, 13, ibid.); b) XVe s. fig. (VILLON, Testament, 853 dans IGLF Litt. : Item, et a mon plus que pere, Maistre Guillaume de Villon, ... Degeté m'a de maint bouillon), cf. boire un bouillon 1827, supra ex. 5; 1843 spéc. « mévente d'un ouvrage » (BALZAC, Les Illusions perdues, p. 526); c) 1660 court-bouillon (OUDIN Esp.-Fr.).
Dér. du rad. de bouillir; suff. -on.
STAT. — Fréq. abs. littér. :582. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 637, b) 1 190; XXe s. : a) 1 116, b) 621.
DÉR. 1. Bouillonnage, subst. masc. ,,Proportion d'invendus pour un journal donné`` (VOYENNE 1967). Terme répandu vers 1901, cf. Dauzat dans Fr. mod., t. 7, p. 27 voir aussi Ch.-L. CARABELLI, [Lang. du journ.], p. 300; dér. de bouillon « exemplaire invendu d'un journal » (cf. étymol. 2 b), suff. -age. 2. Bouillonnure, subst. fém. Défaut consistant dans la présence de bouillons. Les défauts qu'on nomme retirements, bouillonnures (A. BRONGNIART, Traité des arts céramiques, 1844, p. 172). 1re attest. 1844 id.; dér. de bouillon, suff. -ure.
BBG. — DAUZAT Ling. Fr. 1946, p. 322. — LÉGER (J.). Boire un bouillon. Vie Lang. 1955, p. 96. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 297. — QUEM. 2e s. t. 3 1972, p. 25. — ROG. 1965, p. 98. — ROMMEL (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel des Sprache. Berlin, 1954, p. 63, 67, 69. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 120. — VOYENNE 1967.

bouillon [bujɔ̃] n. m.
ÉTYM. V. 1150, au sens 2; de bouillir.
A
1 Techn. ou rare. Fait de bouillir (seulement dans quelques expressions). || Retirer au premier bouillon, dès l'ébullition. || Faire jeter un bouillon à un liquide, l'amener à ébullition.
0.1 Patience, la garbure a besoin encore d'un bouillon ou deux.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, p. 95.
Par métaphore :
1 Il (le jeune marquis de Grignan) n'est pas cuit, comme dit Mme de La Fayette; encore un petit bouillon au coin de votre feu lui fera tous les biens du monde (…)
Mme de Sévigné, 1258, 25 janvier 1690.
2 a Bulle ou ensemble de bulles qui se forment au sein d'un liquide en ébullition. Bouillonnement. || Les bouillons d'un liquide. — ☑ Loc. (avec à…). Bouillir à petits, à gros bouillons.
1.1 (…) les graisses bouillaient lourdement en laissant échapper, de chacun de leurs bouillons crevés, une légère explosion d'âcre vapeur.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 143.
b (1393). Agitation d'un liquide provoquée par qqch. qu'on y remue.
Flot d'un liquide très agité qui s'échappe, qui tombe (surtout dans : à gros bouillons). || L'eau sort à gros bouillons de cette source (Académie).
2 (…) un ruisseau, qui, se précipitant du haut d'un rocher, tombait à gros bouillons pleins d'écumes et s'enfuyait au travers de la prairie.
Fénelon, Télémaque, LI.
Par exagér. || Plaie qui saigne à gros bouillons. || Vomir du sang à gros bouillons.
3 (…) Mes yeux ont vu son sang
Couler à gros bouillons de son généreux flanc (…)
Corneille, le Cid, II, 8.
c Vx (langue class.). État d'agitation, d'emportement violent (de l'esprit). Effervescence, transport. || Les bouillons de la colère, de la passion.Les bouillons du sang (→ ci-dessous, cit. 6).
4 Modérez les bouillons de cette violence (…)
Corneille, Médée, I, 5.
5 L'impétueux bouillon d'un courroux féminin (…)
Corneille, Clit., 947, var.
6 Et d'un sang un peu chaud réprimant les bouillons (…)
Molière, Dom Garcie, III, 3.
d (1765). Techn. Bulle d'air emprisonnée dans le verre, dans les métaux fondus.
3 Fig. (idée de « bulle »). a (1603). Cout. Gros pli rond et bouffant d'une étoffe. || Jupe, tenture à bouillons. || Bouillons de soie.
6.1 Sa robe de taffetas lilas avait des manches à crevés, d'où s'échappaient des bouillons de mousseline (…)
Flaubert, l'Éducation sentimentale, Pl., t. II, p. 267.
b Excroissance de chair dans une plaie.
B
1 (XIIIe). Cour. Aliment liquide que l'on consomme chaud, composé d'eau dans laquelle ont bouilli de la viande ou des légumes. Brouet (vx), chaudeau (vx), consommé, potage, soupe. || Boire un bouillon pour se réchauffer. || Bouillon concentré. Concentré. || Bouillon clair, chaud, fumant, nourrissant, succulent. || Bouillon au poisson. Court-bouillon. || Bouillon coupé, trop étendu d'eau. Eau (eau de vaisselle), lavure. — ☑ Loc. Bouillon gras. || Les yeux d'un bouillon gras.Bouillon maigre, aveugle (sans yeux). || Dégraisser, passer un bouillon ( Passe-bouillon). || Bouillon de pot-au-feu. || Bouillon de tortue. || Bouillon aux herbes. || Bouillon de légumes. || Tablette de bouillon concentré solidifié.
7 Le potage et le bouillon de viande leur font un meilleur chyle.
Rousseau, Émile, I.
8 C'était un vieil usage français de verser un bouillon sur des tranches de pain appelées soupes; le nom s'est étendu ensuite à l'ensemble.
Ch. Seignobos, Hist. sincère de la nation franç., p. 202.
8.1 — Tu dois te purger, me conseillait-elle quand ma langue lui paraissait chargée. Et tu demanderas à madame Jules qu'elle te fasse un bon petit bouillon de légumes dont tu ne boiras que le jus… N'est-ce pas, madame Jules, que vous lui ferez un bon petit bouillon de légumes ?
Madame Jules acceptait la recette.
— Vous prenez une demi-botte de poireaux, une livre de carottes et quelques pommes de terre…
Henri Calet, la Belle Lurette, p. 196.
Bouillons médicinaux. || Être au bouillon, réduit au bouillon : être malade et ne pouvoir absorber aucun aliment solide.
9 Nos blessés manquent de bouillons, de linge et de médicaments.
Fénelon, XXII, 502.
10 Les filles-Dieu portent et reportent çà et là les bouillons, la charpie (…)
Chateaubriand, le Génie du christianisme, IV, III, 6.
Loc. fam. Bouillon pointu : lavement. — ☑ (1791, in D. D. L.). Fig., fam. Bouillon d'onze heures : breuvage empoisonné.
2 Loc. fig. Boire, prendre un bouillon : avaler de l'eau en nageant (→ Boire la tasse).Fig., fam. (1808, in D. D. L.). Essuyer une perte considérable par suite d'une mauvaise spéculation.
Pop., vieilli. Eau. || Tomber, jeter qqn dans le, au bouillon.
Fig. Situation fâcheuse. Embarras. || Être dans le même bouillon.
10.1 Je suis comme eux, bien sûr, nous sommes dans le même bouillon. J'ai cependant une supériorité, celle de le savoir, qui me donne le droit de parler.
Camus, la Chute, p. 162.
3 (1843, Balzac; de prendre un bouillon). Exemplaires invendus (d'une publication). || Renvoyer le bouillon, les bouillons. || Reprendre les bouillons d'un journal chez les dépositaires.
4 Bouillon de culture : liquide destiné à la culture des microbes; fig., cour. milieu favorable.
11 La perfidie ne va pas sans la dissimulation, qui est comme son bouillon de culture.
Léon Daudet, la Femme et l'Amour, XIII.
5 (Par métonymie du sens B, 1). Anciennt. Restaurant à bon marché.
12 Je fais connaissance avec ces étranges « bouillons » où l'on paye chaque plat au moyen de jetons préalablement achetés à la caisse et où l'on va soi-même quérir sa portion devant un long comptoir de marbre.
G. Duhamel, Biographie de mes fantômes, VIII.
13 — Nous irons au bouillon Duval. Nous irions bien chez Durand, mais ce n'est pas la peine que je vous jette de la poudre aux yeux.
J. Renard, Journal, 11 juin 1892.
DÉR. Bouillonner, bouillonneur.
COMP. Court-bouillon, passe-bouillon. — V. aussi Bouillon-blanc.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bouillon — BOUILLON. s. m. Cette partie de l eau ou de quelque autre liqueur, qui s élève en rond au dessus de sa sursace par l action du feu. Faire bouillir de l eau à petits bouillons, à gros bouillons. f♛/b] On dit d Une chose qu il ne faut pas faire… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bouillon — Bouillon. s. m. L eslevation, l agitation & l enflure de l eau ou de quelque autre liqueur par la chaleur ou autrement. Il ne faut que deux ou trois bouillons à cela. le pot bout à gros bouillons. le bouillon du pot. cette fontaine sort à gros… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bouillon — Sf std. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. bouillon m., einer Ableitung von frz. bouillir sieden , dieses aus l. bullīre (eigentlich Blasen werfen ), zu l. bulla Blase (usw.) . Das deutsche Wort erscheint als Femininum, wohl im Anschluß an… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • bouillon — Bouillon, Ebullitio. Bouillon ou bouteille qui s esleve sur l eau, comme quand il pleut en de l eau, Bulla. Herbe dite Bouillon blanc ou noir, Verbascum. Une des especes de l herbe appelée Bouillon, autrement dit Taxus barbatus, Thryallis,… …   Thresor de la langue françoyse

  • Bouillon [3] — Bouillon, 1) Führer des ersten Kreuzzugs, s. Gottfried von Bouillon. 2) Robert von der Mark, Marschall von, s. Mark …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bouillon — Bouillon, Godofredo de Bouillon, duques de …   Enciclopedia Universal

  • bouillon — (n.) 1650s, from Fr. bouillon (11c.), noun use of pp. of bouillir to boil, from O.Fr. bolir (see BOIL (Cf. boil) (v.)) …   Etymology dictionary

  • Bouillon — »Fleischbrühe«: Das Wort wurde im 18. Jh. aus frz. bouillon entlehnt. Das zugrunde liegende Verb frz. bouillir »wallen, sieden« geht auf gleichbed. lat. bullire (eigentlich »Blasen werfen«) zurück, das seinerseits von lat. bulla »Blase«… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Bouillon — Bou illon , n. [F., fr. bouillir to boil.] 1. A nutritious liquid food made by boiling beef, or other meat, in water; a clear soup or broth. [1913 Webster] 2. (Far.) An excrescence on a horse s frush or frog. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Bouillon [1] — Bouillon (fr., spr. Bulljong), eigentlich jede kochende Flüssigkeit, bes. aber die Fleischbrühe; als Nahrungs u. Stärkungsmittel bereitet. Der gewöhnliche ist klarer B., wie solcher bes. auch zur Bouillonsuppe dient. Unter den gewöhnlichen… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.